Actualité

Cancer : une nouvelle avancée scientifique

  • Recherche,
Date(s)

du 10 mai 2018 au 10 juin 2018


 
Lieu(x)

Site Grandmont

Faculté de Pharmacie - Faculté des Sciences et Techniques

Les chercheurs du laboratoire de recherche Biomolécules et Biotechnologies Végétales ont réussi à produire une molécule jusqu’à présent extraite d’une plante.

Le laboratoire de recherche Biomolécules et Biotechnologies Végétales de l’université de Tours vient de mettre au point une alternative pour produire de la Vindoline, une molécule entrant dans la composition de médicaments anti-cancéreux. Jusqu’à présent, la Vindoline était extraite de la Pervenche de Madagascar, une plante cultivée principalement en Inde et au Texas.


Une grande avancée scientifique

Les chercheurs ont réussi à produire de la Vindoline à partir d’une souche de levure alors que cette molécule était jusqu’à présent extraite d’une plante. Substituer une levure à une plante permet de générer un gain de temps et de coût dans le processus de production de la Vindoline. Cette molécule entrant dans la composition des médicaments anti-cancéreux, il s’agit donc de deux atouts majeurs pour les groupes pharmaceutiques.


Un avenir prometteur

Grâce aux résultats des travaux menés sur la Vindoline, une approche biotechnologique est maintenant possible pour produire une molécule du règne végétal, indépendamment de la plante originelle. D’ici trois à cinq ans, le groupe Axyntis, leader de la chimie fine en France, installera une unité de bioproduction à Pithiviers, unique dans l’hexagone. Elle s’appuiera sur le Bio3 Institute, le centre de formation et de recherche des biomédicaments basé à Tours, pour former ses techniciens et aussi accéder à sa plateforme technique et notamment à ses bioréacteurs de forte capacité.
Ces travaux de recherche menés depuis 2014 par le laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales ont été possibles grâce au soutien financier de la Région Centre-Val de Loire. Une enveloppe budgétaire de 600 000 euros lui a ainsi été allouée pour financer trois programmes de recherches : ABISAL (PIA), BioProPharm (ARD 2020) et CatharSis (appel à projet régional).