Partager
Actualité

Développement d’un vaccin nasal anti-COVID-19

  • Pharmacie,
  • Recherche,
  • Santé-Sciences-Technologie,
Date(s)

du 30 juin 2020 au 30 septembre 2020

Lieu(x)

Site Grandmont

Faculté de Pharmacie - Equipe BioMAP UMR Infectiologie et Santé Publique 1282 Université-INRAe
 

Il y a quelques mois, l'équipe BioMAP dirigée par le Professeur Isabelle Dimier-Poisson avait répondu à l'appel à projet Recherche Action sur Covid-19 (RA-Covid-19) lancé par l'Agence Nationale pour la Recherche (ANR) et leur projet portant sur le développement d’un vaccin nasal anti-SARS-CoV-2 avait été sélectionné pour financement.

Depuis plus d’un an, la communauté scientifique du monde entier s’est lancée dans la quête d’un vaccin contre le coronavirus, SARS-CoV-2. Cette course contre la montre s’appuie sur des moyens considérables, des processus simplifiés et un calendrier accéléré pour faciliter au maximum son développement. L'immunogénicité de ces candidats vaccins – dont ceux mis sur le marché récemment - repose sur leur capacité à protéger, après injection intramusculaire, des formes sévères de l’infection. Cependant, aucun de ces vaccins n’induit d'immunité muqueuse, comme en témoigne la réplication du virus dans le rhinopharynx après infection suggérant qu’ils n’auraient que des effets modérés sur la contagiosité des personnes vaccinées infectées. C’est pourquoi, les vaccins muqueux à administration nasale capables de détruire le virus au site initial de l'infection apparaissent comme les meilleurs candidats pour prévenir la transmission du virus SARS-CoV-2 et réduire la propagation de la pandémie.

Dans cette optique, l’équipe BioMAP de l’UMR ISP 1282 Université de Tours – INRAE développe depuis quelques mois, un projet (soutenu par l’ANR et la Région CVL) de candidat vaccin muqueux sur la base de leur expertise dans la conception de vaccins à administration nasale capables d’induire de fortes réponses immunitaires locales protectrices.

A ce jour, l’immunogénicité de ce candidat vaccin SARS-CoV-2 a été démontrée in vivo avec l’induction de fortes réponses immunitaires muqueuses. En effet, en modèle de souris, deux immunisations par voie nasale espacées de 3 semaines induisent une très forte réponse immunitaire au niveau des compartiments systémique et muqueux permettant de supposer une très bonne efficacité protectrice notamment en terme de réduction de la dissémination virale au site d’infection.

Cette expérimentation de vaccination par voie nasale permet également de tester et valider un dispositif d’instillation nasale développé par la société Recipharm dans la perspective des futurs essais cliniques chez l’homme.

Retrouvez l'article rédigé par la Nouvelle République en date du 23 février 2021 juste ici ainsi que le reportage de TV Tours du 11 mars 2021.


TV Tours - reportage
 


APPEL A PROJET RA-COVID-19 :  https://anr.fr/fr/detail/call/appel-a-projets-ra-covid-19/